Amortissement fiscal, l’essentiel à savoir !

L’amortissement peut offrir d’importants allègements fiscaux aux investisseurs immobiliers, mais un bon nombre d’entre eux ne profitent pas pleinement de l’épargne qui leur est offerte. Dans cet article, nous examinerons certains points que vous devez connaître au sujet de l’amortissement fiscal pour vous aider avec vos déductions.

Les types de déductions 

Les investisseurs ont le choix entre deux types de déduction pour amortissement de base.


Déduction pour travaux d’immobilisations :

La déduction pour amortissement, aussi appelée radiation d’immeuble, fait référence aux déductions disponibles sur la structure de votre propriété, y compris les rénovations. 


La

déduction

pour installations et équipements :


Elle désigne les déductions que vous pouvez demander pour des articles se trouvant sur votre propriété, tels que des tapis, des stores, des rideaux et des appareils ménagers.


Il n’existe aucune limite de temps pour les immobilisations corporelles, et la valorisation de votre amortissement dépendent de plusieurs facteurs .

S’il est vrai que la valeur d’amortissement de la plupart des bâtiments récents sera plus élevée en raison de coûts de construction plus récents, les propriétés plus anciennes peuvent néanmoins offrir des économies considérables aux investisseurs.

Quels sont les biens admissibles à l’amortissement

La plupart des propriétés, quel que soit leur âge, sont admissibles à un certain niveau d’amortissement, ce qui signifie que la plus grande question pour les investisseurs est de savoir s’il y a suffisamment de déductions pour justifier la création d’un calendrier d’amortissement officiel. C’est ici qu’un métreur peut vous aider.

En posant quelques questions de base sur votre propriété, un métreur qualifié sera en mesure d’identifier les articles amortissables de votre bâtiment et de vous donner une indication raisonnable du montant de la dépréciation disponible. Grâce à cette information, vous pouvez prendre une décision plus sûre quant à savoir s’il vaut la peine de payer un plan d’amortissement avant de vous engager et de le faire. 


Étant donné que de nombreux investisseurs se fient aux approximations ou négligent fréquemment les éléments amortissables de leurs propriétés, on estime que 70 à 80% d’entre eux ne parviennent pas à maximiser la valeur de leurs déductions chaque année.

Qu’en est-il des rénovations ?

Tant que votre propriété est un immeuble de placement et n’a pas fait lieu de résidence principal, vous avez le droit de demander l’amortissement de toutes les rénovations terminées, y compris les rénovations effectuées par les propriétaires précédents et payées par ceux-ci.

Plus précisément, vous avez le droit de demander une déduction  sur les coûts de rénovation des bâtiments à raison de 2,5% par an, ainsi que l’amortissement des installations et des équipements pour la durée de leur vie utile. Et, même si vous n’êtes pas admissible à d’autres types de déductions en raison de l’âge de votre propriété, des améliorations tels qu’une nouvelle cuisine ou un nouveau patio, par exemple, peuvent considérablement modifier la valeur de l’amortissement. 

Comment réclamer l’amortissement de votre propriété ?

Pour réclamer l’amortissement, vous aurez besoin d’un calendrier d’amortissement. Selon la décision fiscale, si les coûts de construction réels ne sont pas disponibles, vous devrez faire appel à un professionnel compétent, tel qu’un métreur-évaluateur, pour calculer l’amortissement pour vous.

En tant qu’investisseur, maximiser votre amortissement peut vous aider à économiser beaucoup d’argent et pourra alléger vos impôts. Étant donné que la plupart les entreprises en expertise accordent une garantie de remboursement sur la valeur de leurs services, il est avantageux de faire appel ces entreprises en matière d’évaluation pour assurer votre démarche.

Leave a Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *